Macérât de pâquerette : véritable allié beauté

Camomile oil, white daisy oil

Petite fleur apparaissant au moment de Pâques (d’où son nom), la pâquerette tapisse nos jardins. Sa destinée est bien souvent de finir sous la tondeuse mais vous pouvez changer son sort et profiter de ses nombreuses vertus en fabriquant un macérat huileux 😊

Son nom botanique est “bellis perennis” qui signifie “la belle qui dure longtemps” : ce n’est donc pas un hasard si elle est un véritable allié beauté.

Très riche en acide gras, tanins, flavonoïdes, polyphénols, vitamines A et E et huile essentielles (béta-myrcène, polyacétylène, esters terpéniques), ce macérât possède de multiples vertus !

Bienfaits du macérat de pâquerettes

Excellent tonique : il a un effet galbant, tenseur et raffermissant sur la peau. Ideal sur le buste, le ventre ou les cuisses, il peut être utilisé sur les peaux matures, distendues, relâchées et peut être intéressant en post-grossesse.

Réparateur et apaisant cutané : sa richesse en acides gras et en antioxydants aide à rétablir la barrière hydrolipidique de la peau. Il permet de la nourrir et de calmer les peaux sèches, irritées et fragilisées. Il aide à la cicatrisation des tissus abimés en améliorant l’élasticité de la peau et réduit les marques (vergetures, cicatrices y compris cicatrice chéloïdes).

Décongestionnant : il favorise la circulation sanguine et lymphatique et est donc très utile en cas de jambes lourdes ou d’œdèmes. Il peut également être appliqué pour atténuer les rougeurs, la couperose et favoriser la résorption d’ecchymoses.

Contre-indications : ne pas utiliser en cas d’allergie aux Astéracées et effectuer toujours un test sur une petite zone cutanée avant utilisation.

Comment l’utiliser ?

Il peut être employé en massage directement sur la peau:

  • En application ciblée comme par exemple sur des rougeurs, cicatrices, couperose ;
  • En application large sur les zones du corps qui ont besoin d’être raffermies, galbées ou décongestionnées (arrondi du visage, buste, ventre, jambes, chevilles)

Pour assurer son efficacité une application quotidienne est indispensable (préférez une application le soir car son toucher peut être assez gras en fonction de l’huile végétale choisie).

La recette

  1. Cueillir les fleurs de pâquerettes (c’est dans les sommités fleuries que l’on retrouve le plus d’agents pour la tonicité cutanée) dans un endroit non pollué.
  2. Les faire sécher en les espaçant sur un linge propre dans un endroit aéré pendant 2 jours (on évite ainsi les risques de moisissures)
  3. Placer les fleurs séchées dans un bocal en verre et recouvrez les entièrement d’huile végétale (privilégier les huiles de tournesol, amandes, noyaux d’abricots ou olives qui sont peu sensible à l’oxydation). Fermer le bocal à l’aide d’un tissu et d’un élastique. Laisser un peu d’espace entre le niveau d’huile et le haut du bocal.
  4. Placer le au soleil dans un sac kraft ou dans un torchon pour que les rayons du soleil directs n’altèrent pas la macération. Mélanger tous les 4 jours.
  5. Au bout de 5 semaines, filtrer la préparation (vous pouvez utiliser un filtre à café) : bien presser les pâquerettes pour récupérer un maximum de concentré.

Votre macérat huileux est prêt !

Facultatif : vous pouvez ajouter quelques gouttes de vitamines E pour prolonger sa conservation (8 gouttes pour 100ml).

Si malgré ces précautions de la moisissure apparait : jetez la préparation !

 

Alors? Allez-vous sauver des pâquerettes ? 😉