Apaiser le syndrome des jambes sans repos avec la naturopathie

Female tired legs in bed at home

On a tous un ami, un collègue, un chef qui remue frénétiquement ses jambes à table, devant la télé ou derrière son bureau. Peut être êtes vous vous même concerné par ce problème?! Et si c’était le Syndrome des Jambes Sans Repos (SJSR) ?

Le syndrome des jambes sans repos, aussi appelé  maladie de Willis Ekbom ou « impatiences » concerne 1 personne sur 10 en Europe. Les femmes sont plus souvent touchées que les hommes. Comme son nom l’indique, ce trouble nerveux se traduit par un besoin irrépressible de bouger les jambes. Il survient la plupart du temps dans les périodes de repos et a tendance à s’aggraver avec l’âge.  Ce syndrome peut avoir de réelles répercussions sur la qualité de vie des personnes concernées.

 

Quelles sont les causes du syndrome des jambes sans repos ?

Les mécanismes d’apparition de ce syndrome sont encore mal connus néanmoins, les origines seraient multiples. Plusieurs facteurs ont été mis en avant par la communauté scientifique:

  • Un héritage familial dû à une anomalie génétique ;
  • La prise de certains médicaments notamment certains antidépresseurs, antipsychotiques, neuroleptiques ;
  • Un manque de dopamine: petit messager chimique qui permet une bonne communication entre les nerfs et qui contrôle les mouvements. Manque pouvant être causé par une carence en fer, minéral impliqué dans la production de dopamine dans le cerveau (des carences en vitB12, en acide folique  ou en magnésium sont aussi suspectées).
  • La grossesse ou des maladies chroniques telles que l’insuffisance rénale ou le diabète;
  • Des troubles de la circulation;
  • La consommation en excès de café, d’alcool, de tabac et d’autres excitants;
  • Le stress et la fatigue.

Quels sont les symptômes du syndrome des jambes sans repos?

Le besoin incontrôlable de bouger les jambes est souvent accompagné par des inconforts dans les jambes. Ils peuvent prendre la forme de fourmillements, picotements, démangeaisons, douleurs ou sensations de décharge.

Cette envie de bouger survient dans les périodes de détente ou d’inactivité lorsque la personne est en position assise de manière prolongée ou bien couchée. Les symptômes s’aggravent le soir ou la nuit. Le soulagement n’intervient que lorsque l’on masse ou bouge les jambes.

La majeure partie du temps les 2 jambes sont concernées mais il peut arriver qu’une seule le soit. Dans les cas les plus sévères les bras, la tête et le corps peuvent aussi être touchés.

La fréquence varie selon les individus. Bien entendu, quelques mouvements involontaires isolés ne signifient pas que vous avez un SJSR 😊

 

Quelles conséquences sur la qualité de vie ?

L’intensité et la fréquence du SJSR varie d’un individu à  un autre. Cela peut avoir un réel impact sur la santé globale des personnes concernées.

La principale conséquence est la fatigue physique mais aussi psychique due au besoin de bouger tout le temps et à une mauvaise qualité de sommeil. En effet, les mouvements involontaires des jambes génèrent des micro réveils qui empêchent d’avoir un sommeil réparateur et qui ont des répercussions sur l’état d’éveil le jour suivant. Bien souvent la personne souffrant de ce trouble ne s’en rend pas compte, le phénomène est détecté par la personne qui partage son lit.

Dans les cas modérés à sévères une prise en charge médicamenteuse est indispensable.

 

Astuces de naturopathe pour atténuer le syndrome des jambes sans repos :

  1. Privilégier une alimentation saine riche en fer (si les analyses sanguines effectuées par votre médecin généraliste révèlent une carence), en vitamines B et magnésium que l’on trouve dans les légumes verts foncés, les oléagineux, les légumineuses, la viande rouge… et éviter les déclencheurs potentiels : café, alcool, tabac, coca…

 

  1. Pratiquer une activité physique (pas avant de se coucher !) pour favoriser la circulation sanguine, calmer l’agitation des jambes et évacuer les tensions physiques et psychiques.

 

  1. Adopter une technique de relaxation pour gérer le stress: respiration, méditation, yoga, qi gong…

 

  1. Pratiquer des massages ou étirements avant le coucher pour détendre les muscles et réduire les sensations désagréables. L’utilisation de l’huile d’arnica (antidouleurs) associée à quelques gouttes d’huile essentielle de lavande fine (calmant musculaire et sédatif) peut aider au soulagement. Avant toute utilisation d’huile essentielle, faire un test de tolérance en appliquant 1 goutte dans le pli du coude.

 

  1. Alterner eau chaude et eau froide dans la douche en partant des orteils vers le haut pour améliorer la circulation sanguine

 

  1. Si besoin, s’aider des plantes qui aident à réguler le taux de dopamine dans l’organisme (rhodiola rosea, mucuna pruriens…) en se faisant conseiller par un professionnel de la santé ou sa naturopathe pour trouver celle qui celle qui correspond le mieux.

Pour soulager au mieux ce trouble, il est important d’en identifier la cause. Le corps médical sera à même de vous prescrire les examens nécessaires pour établir le diagnostic. Les astuces citées ci dessus ne remplacent pas une consultation médicale ni un traitement médicamenteux. Pour obtenir des conseils personnalisés et adaptés pour améliorer votre qualité de vie prenez rendez-vous avec votre naturopathe ! 😊